Faire du vélo électrique sur la route du Morbihan

Inaugurée en juin 2002, cette première vraie voie verte bretonne propose une traversée nord-sud du pays des Bois, l’Arcoat, depuis les environs de Brocéliande (aujourd’hui forêt de Paimpont, site des légendes arthuriennes) jusqu’aux abords du golfe du Morbihan !

Morbihan

Elle emprunte, au départ de la petite ville de Mauron, le large tracé d’une ancienne voie ferrée pour filer plein sud. Cette voie est sans dénivelé vers l’est du pays de Vannes, 53 km plus loin. Visitant au passage le lac au Duc, la plus grande étendue d’eau naturelle de Bretagne (250 ha devenus espace de loisirs), la ville-carrefour de Ploërmel, Malestroit (sur l’Oust) et Pleucadeuc, enfin, au cœur des landes de Lanvaux. Ces landes sont des terres farouches qui servirent de refuge aux chouans de Cadoudal avant d’abriter les maquis résistants de la dernière guerre.

Les voies vertes pour vélo électrique de Bretagne

Dès l’été 2004, les adeptes de la randonnée itinérante peuvent d’ailleurs rêver plus ambitieux… La voie verte poursuivra sa route vers la presqu’île de Rhuys où elle rejoindra la succession de pistes menant déjà vers Saint-Gildas et Port-Navalo, à l’entrée du golfe. Ne restera à réaliser ensuite que le « chaînon » nord jusqu’à Saint-Méen-le-Grand, patrie de Louison Bobet. La voie verte rejoindra alors l’axe cyclopédestre existant déjà entre Dinard et la limite sud du département des Côtes-d’Armor. La liaison bale du Mont-Saint-Michel au golfe du Morbihan sera devenue réalité !

Les projets de viabilisation des voies vertes

Côté golfe, la future liaison filera droit, on l’a dit, sur la presqu’île de Rhuys. Cela ne devrait pas empêcher les amateurs de chemins buissonniers de continuer de rejoindre Sarzeau et Port-NavaIo par un musardant itinéraire bis. Par Vannes, en l’occurrence, et une courte section de route, la D 199, permettant d’apprécier le charme préservé de la presqu’île de Séné (à l’origine des sinagots, les bateaux du golfe), histoire d’en faire, ou non, le tour dans la foulée plein ouest, jusqu’au charmant petit Port-Anna, face à la presqu’île de Conleau. Ou plein sud, direction le lieu-dit Le Passage. En Juillet-Août un bateau de passeur y embarque vélos, cyclistes et randonneurs pour les lasser, 200 m plus loin, sur la petite route de Saint-Armel !

Pédaler en bord de mer

Ils pourront s’arrêter à Lasné ou attendre en face de l’île Tascon, que la marée descendante et dégage la chaussée submersible c’est la deuxième île du golfe (avec Berder, de l’autre côté) à laquelle, à marée basse, on peut accéder à pied sec… !

Petites routes et piste cyclable (sur laquelle viendra se brancher plus tard la voie verte de Questembert) s’enchaînent enfin jusqu’à Arzon et le bout de la presqu’île de Rhuys. Le phare de Port-Navalo, amer ultime pointant l’entrée du golfe, marque joliment la fin du voyage.

Le golfe du Marbihan

But ultime de la voie verte Mauron-Questembert, la jonction avec l’univers magique du golfe du Morbihan I La Bretagne, dès les prochaines années, sera cyclable de l’estuaire de la Rance à la presqu’île de Rhuys.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.