Assembler le cuivre par collet battu

On parle de collet battu quand on crée un épaulement à l’extrémité d’un tube. Cette disposition assurera en même temps la tenue mécanique lors du serrage de l’écrou et l’étanchéité grâce à un joint.

Assembler le cuivre par collet battu

Cette technique est indispensable pour le raccordement d’un robinet classique, de flexibles terminés par un écrou femelle et de nombreux autres équipements finissant par un filetage mâle ou femelle tels les anti-béliers, purges, manomètres, dérivations etc. Elle est également assez pratique, quoique peu esthétique, pour le raccordement de deux tubes entre eux. En revanche, elle n’est, presque, applicable que sur des tubes démontés, en raison des efforts appliqués lors de la mise en forme et de la taille des outils employés, incompatibles avec une installation fixe.

La préparation

Les extrémités des tubes à battre doivent être parfaitement planes et régulières, exemptes de bavures de métal. Au besoin, rectifiez la coupe au coupe-tube ou à la rigueur à la lime douce. Ces extrémités sont recuites à la lampe à souder sur 3 cm environ, jusqu’à atteindre une couleur rouge sombre. Laissez refroidir le métal à l’air libre, sans retrempe, vous pouvez aussi abaisser la température avec un chiffon humide si vous souhaitez le travailler immédiatement sans vous brûler. Enfin, nettoyez soigneusement le cuivre au moyen de laine d’acier ou de toile émeri fine. Demandez conseil à votre plombier Evry.

Battre un collet

Une matrice est une sorte de mâchoire percée de trous aux diamètres standard des tubes de cuivre et fermée par une clé à visser à chaque extrémité (parfois une clé à une extrémité et une charnière à l’autre). Elle présente deux faces à employer successivement. Sur la première, les bords des trous sont évasés, c’est la partie utilisée en premier.

L’autre face est parfaitement plane, elle sert à rabattre les collets rendus coniques par la première opération.

Engagez l’extrémité du premier tube dans l’orifice correspondant de la matrice, sur son côté évasé. II doit dépasser de 2 mm environ. Serrez jusqu’au blocage. Montez la presse à mandrin conique sur la matrice, de façon que le cône soit parfaitement ajusté sur l’extrémité du tube. Serrez énergiquement la clé de la presse en veillant à ce qu’elle reste bien centrée sur le tuyau. Le mandrin conique écrase le cuivre et forme un “entonnoir” aux bords réguliers.

II existe des cônes à frapper s’utilisant sans presse. Ils sont nettement moins précis, mais suffisent amplement pour des travaux très occasionnels, Seul défaut majeur : le tube a tendance à reculer dans la matrice, même si elle est striée, au premier coup de marteau, un détail dont il faut tenir compte lors de la prise de mesures et du positionnement dans les mâchoires de l’outil.

Frappez maintenant l’extrémité du tube évasée avec un marteau dont la frappe doit être suffisamment large pour ne pas risquer de marquer le collet. Toute irrégularité pourrait entraîner une fuite d’eau après montage du raccord. Constituez ainsi une rondelle bien plate et régulière, Attention à ne pas trop écraser le cuivre, il doit garder une épaisseur suffisante pour résister au serrage du raccord, De plus, le collet doit pouvoir s’introduire à l’intérieur de l’écrou femelle. Pour finir, un coup de lime douce rapide éliminera les ultimes imperfections du collet et constituera une table bien plane sur laquelle s’appuiera le joint.

Le montage

Lorsque le battage est achevé, il ne reste plus qu’à introduire l’écrou par l’extrémité opposée du tube, ou à le remonter jusqu’au collet s’il s’agit d’une installation à plusieurs raccords. Dans ce cas, songez impérativement à engager l’écrou avant de réaliser le battage, sinon, tout le travail serait à refaire. Un joint de carton ou de caoutchouc de diamètre adapté assurera l’étanchéité entre les deux collets mis en vis-à-vis. Engagez l’écrou sur le filetage au doigt et amorcez le vissage. Poursuivez avec la clé à molette et une clé à fourche (il est rare que l’on ait deux clés plates de même ouverture) et serrez modérément pour ne pas trop écraser le joint. En cas de suintement ultérieur, remplacez le joint.

Bien réalisé, un collet battu est parfaitement étanche. II offre une résistance mécanique incomparable que même la soudure ne peut pas égaler.

Les étapes

  • Pour réaliser un collet battu, il vous faudra une matrice ou un étau à battre, presse à mandrin conique ou un mandrin à frapper, un marteau, un raccord et un joint plat en fibre de diamètre adapté.
  • Recuire l’extrémité : Le cuivre doit impérativement être recuit sur 3 à 4 cm pour pouvoir être travaillé. A défaut, il risque de se casser tors de la mise sous presse.
  • Serrer le tube dans la matrice : Emprisonnez l’extrémité du tube dans le trou de diamètre adapté de la matrice, sur son côté évasé. Laissez dépasser 2 mm de cuivre à l’extérieur. Serrez fermement les deux clés. Fixez la queue de la matrice dans un étau solidement bridé sur l’établi.
  • Évaser le tube avec le mandrin : Montez la presse à mandrin conique sur la matrice. Serrez la vis jusqu’à ce que le cône écrase le cuivre pour former un entonnoir bien régulier.
  • Battre le collet : Retournez la matrice sur le tube, au ras du cône et frappez au marteau pour rabattre les bords. Veillez à ce que le marteau soit bien perpendiculaire à la matrice pour obtenir un collet régulier.
  • Monter le raccord : Passez un coup de lime douce sur le plan de joint avant d’assembler le raccord. Intercalez un joint entre les deux collets en vis-à-vis et bridez fermement le raccord mâle et l’écrou femelle avec deux clés.

Appelez un plombier Evry pour avoir ses conseils.

Matériel

  • Matrice
  • Marteau
  • Presse à mandrin conique
  • Chalumeau ou lampe à souder
  • Lime douce
  • Toile émeri

Un collet battu permet de rabouter deux tubes entre eux, mais également de raccorder un flexible, un robinet ou tout autre équipement sanitaire comportant un filetage mâle. Avantage majeur, il permet le démontage et est réutilisable à l’infini.

Qu’il s’agisse de raccorder deux tubes, de connecter un robinet ou tout autre équipement, un simple joint plat en carton ou en caoutchouc assure l’étanchéité. D’où l’intérêt de soigner la planéité du collet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *